Les sermons de notre noble Prophète (r) sont les sermons les mieux détaillés et qui prodiguent les meilleurs conseils. Il a su allier à ses sermons édifiants une transmission efficace du message et un vocabulaire concis. Jamais un homme n’a prodigué de paroles au bénéfice aussi vaste, dont le sens est aussi clair et l’énoncé aussi véridique.
Elles ont laissé les meilleures empreintes grâce à une élocution très aisée et embellie par les meilleurs conseils. En effet, Allah lui a octroyé la concision (jawâmi’oul-Kalim) dans le discours et l’a distingué par des sagesses d’une grande ampleur, comme cela est confirmé dans les deux recueils authentiques d’après Abû Hureyra (t) où le Prophète (r) a dit :
« On m’a octroyé (pour ma mission) la concision dans le discours (jawâmi’oul-Kalim). »
[Rapporté par el Boukhari (2977) et Mouslim (523).]

El Adharî -Dieu lui fasse miséricorde - a donné l’explication suivante :
« Un discours concis (jawâmi’oul-Kalim), d’après ce que l’on m’a rapporté, signifie qu’Allah lui a permis d’avoir un discours dont l’énoncé est porteur d’innombrables sens en n’exprimant qu’une ou deux phrases et qui prenait auparavant beaucoup plus de place dans les livres anciens. »
En méditant sur ses sermons (r) on pourra y trouver à la fois l’exhaustivité, le bon conseil et l’éloquence. Il adaptait également ses sermons aux besoins et aux intérêts de l’assemblée.
Mais la plupart du temps toutefois, ses discours étaient centrés sur les louanges et les éloges dus à Allah, sur Ses actions, Ses Parfaits Attributs, Ses bienfaits, les principes de l’Islam, le Paradis, l’Enfer, la Résurrection, l’incitation à la piété en mettant l’accent sur les œuvres entraînant la Colère d’Allah et celles engendrant Sa Satisfaction.

Le pèlerinage est donc une occasion propice et une opportunité précieuse pour prodiguer le bon conseil, orienter les gens, attirer leur attention, leur enseigner et leur montrer le chemin à suivre. Les cœurs (à cette occasion) sont ouverts (au conseil sincère), les âmes sont sereines et remplies d’ardeur à faire le bien.
Il est ainsi opportun pour les prêcheurs de redoubler d’efforts et de concentrer leur attention, à l’occasion de cette période bénie, dans des actions comme le bon conseil, l’enseignement, l’orientation, en restant fidèle aux enseignements de leur noble Prophète et en suivant son bel exemple.

En effet, ils doivent veiller à centrer leur discours sur le prêche du prophète et sur ses orientations d’où ils puisent le bon conseil et leurs explications. Certes, il est le meilleur conseiller qui soit, le modèle parfait pour tout prêcheur, de même qu’il est le maître de tous les guides.
(Vous avez en la personne du Messager d’Allah, un bon exemple, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier, et qui invoque Allah énormément).[2]
Les sermons que le Prophète (r) a prononcés en particulier au cours du Pèlerinage d’Adieu, sont d’une extrême importance. Ils correspondent aux recommandations d’une personne proche de la mort. Contrairement à d’autres situations, lorsque l’approche de la mort est ressentie, on ne donne de nos paroles et de nos actes que ce qui émane du plus profond de soi.
Il a d’ailleurs fait allusion à cette réalité dans son sermon du Pèlerinage d’Adieu, en ces termes :
« Quant à moi, il est possible que je ne sois pas présent le prochain Pèlerinage. »[3]

Il commençait alors, à faire ses adieux aux gens et ils en ont conclu que :

« C’est le Pèlerinage d’Adieu. »

Voilà pourquoi ibn ‘Abbâs (y) a déclaré au sujet de ce fameux sermon :
« Par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains ! C’est son testament (ou sa recommandation) à sa communauté. » Rapporté par al Bukhârî.[4]
Plusieurs éléments dévoilent l’immense importance de ce sermon, notamment :
Premièrement :

le Prophète (r) a fait ses adieux à l’humanité peu de temps après. Ce sermon est donc comparable aux recommandations du mourant comme nous l’avons déjà expliqué.
Deuxièmement :
le Prophète (r) a enjoint aux gens de s’abstenir de parler en cette occasion. Autrement dit, il leur a demandé de garder le silence. D’après el Bukhârî et Muslim, selon Jabir ibn ‘Abd Allah el Bajalî (y), le Prophète (r) lui a demandé au cours du Pèlerinage d’Adieu :

« Enjoins aux gens de garder le silence ! »[5]

Cela prouve l’importance de l’événement. En effet, le discours portant sur l’intérêt des gens, la **** de leur bonheur et de leur béatitude sur terre et dans l’au-delà, il convenait ainsi de leur demander de garder le silence.

Dans un premier temps, le silence était le meilleur moyen de leur faire ancrer le savoir et de rendre ses paroles profitables. A partir de là, cela les incitera à œuvrer pour les élever. Il a été rapporté que Sufyân at-Thawrî et d’autres ont dit :

« Le savoir à ses débuts, c’est l’écoute, puis le silence, ensuite c’est de le retenir, puis c’est de le mettre en pratique, et enfin c’est de le propager. »

Troisièmement :

le Prophète (r) se mettait en évidence au cours de son sermon pour mieux se faire entendre. D’après le Musnad, selon Abû Oumama el Bahilî (y) :

« J’ai entendu le Messager d’Allah (r) prononcer un sermon aux gens au cours du Pèlerinage d’Adieu. Il était sur el Jad’a (le nom de sa chamelle), Il se tint debout sur ses étriers pour mieux être vu, et d’où il s’écriait : m’entendez-vous ? » [6]


Quatrièmement :

En cefameux jour, Allah (U) a parfait l'ouïe des gens, de sorte qu’ils pouvaient entendre le sermon depuis leurs campements. D’après les Sunan de Nassâ-î, selon ‘Abd Rahman ibn Mou’adh (y) :
« Le Messager d’Allah (r) nous a prononcé un sermon à Mina. Allah a alors amélioré notre ouïe à tel point que nous entendions ses paroles alors que nous étions dans nos campements. » [7]
Cinquièmement :
il s’est fait aider (r) par des hérauts pour mieux transmettre son message. D’après les Sunan d’Abû Dâwûd, selon Nafi’ ibn ‘Amr el Mozani :
« J’ai vu le Messager d’Allah (r) donner un sermon aux gens à Mina peu avant le zénith, monté sur une mule blanche (ou tachetée), tandis qu‘Ali se faisait l’écho de ses paroles. Des gens étaient debout et d’autres assis.»[8]
« Tandis qu‘Ali (y) se faisait l’écho de ses paroles » :

signifie qu’il transmettait ses paroles aux personnes qui se trouvaient loin du Prophète (r).
Le sixième point :

ce pointconcerne ses paroles (r) au cours du sermon en question :
« Ne vous ai-je pas transmis (le message) ?
- Oui ! Ont-ils répondu.
- Ô Allah ! Sois-en Témoin. » [9]
Il répéta cela plusieurs fois.


Septièmement :

il a enjoint aux personnes présentes de transmettre le message aux absents. Selon Abû Bakra, d’après les deux recueils authentiques, le Prophète (r) a déclaré :

« La personne présente doit transmettre (le message) à celle absente ; une personne l’ayant reçue est susceptible de mieux le comprendre que celle qui l’a entendu. »[10]

Huitièmement :
il a eu recours dans son sermon (r) à des procédés d’encouragement et de mise en garde qui attirent l’attention.
« Ne vous ai-je pas transmis (le message) ? » « Que la personne présente transmette (le message) à celle absente ! » « Surtout, ne devenez pas mécréants après moi en brandissant vos épées les uns contre les autres. »
Il a eu recours dans son discours à ce genre de tournures à maintes reprises. Dans ce registre, il a utilisé certains procédés pour appuyer ses dires comme :

« Votre sang et vos biens sont sacrés comme ce jour-ci est sacré, au cours de ce mois sacré, et sur votre terre. » [11]

Ce procédé à pour but de susciter l’attention, de donner de la force au discours, et de l’ancrer dans les mémoires.

Neuvièmement :

en se penchant sur le contenu de ce sermon extraordinaire et ses significations bénies, on pourra se rendre compte que le Prophète (r) a établi les principes de du pur culte monothéiste, tout en détruisant les principes du paganisme et de l’associationnisme (polythéisme).

Il y a établi, également, l’interdiction de commettre les péchés que les peuples - toute confession confondue - s’accordent à interdire, etc.
Voici donc quelques notions que contient ce magnifique sermon. Nous allons nous attarder sur quelques-unes d'entre elles au fur et à mesure des chapitres par la Volonté d’Allah (U)

. Ces éléments réunis dénotent clairement l’importance du sermon du Prophète (r) à l’occasion du Pèlerinage d’Adieu, tout comme ils démontrent l’éminente importance de se pencher dessus. Tout musulman petit ou grand, homme ou femme, doit ressentir ce besoin immense d’en prendre connaissance.
Que Dieu nous fasse découvrir sa Tradition pour nous guider sur ses traces !



__________________________________________________ __________________________________________________ ______________________________________






Traduit par :
Karim ZENTICI
Relu par
Abu Hamza Al-Germâny
[2] Les coalisés ; 21

[3] L’Authentique de Mouslim (1297).

[4] L’Authentique d’el Boukhari (1739).

[5] L’Authentique d’el Boukhari (121) et L’Authentique de Mouslim (65).

[6] Mousned Ahmed (251/5) ; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans e-Sahiha (867).

[7] Sounan E-Nassaï (2996) ; el Albani -Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih Sounan e-Nasaï (2/340).

[8] Sounan Abou Dawoud (1956) ; el Albani - Allah lui fasse miséricorde - l’a authentifié dans Sahih Sounan Abou Dawoud (1/549).

[9]Rapporté par el Boukhari (2977) et Mouslim (523). L’Authentique d’el Boukhari (1741) et L’Authentique de Mouslim (1679).

[10] Idem.

[11] Idem.