La faiblesse du Hadith
au sujet de placer les mains en dessous le nombril
D'après Irwaa' al-Ghalil (353), par cheikh al-Albany

Abou Dawoud (756), Daraqoutni (107), Bayhaqi (2/310), Ahmad dans « al Masaa-il » (62/2) et aussi dans "Zawa-id al-Mousnad" (1/110), et ibn abi Shaïba (1/156/1) a transmis:
D'après ' Abde-r-Rahman ibn Ishaaq, d'aprés ibn Ziyad Zaid as-Siwa'i, d'aprés abou Jouhaïfah, d'après 'Ali (Radi Allaahu 'anhu), qui a dit :

" Il est de la Sounnah pendant la prière de placer une paume sur l'autre, en dessous du nombril ".
Ce Hadith a un Sanad Da'if (chaîne faible) a cause de ' Abd ar-Rahmaan ibn Ishaaq (al-Waasiti ), qui est faible (voyez au-dessous). Il y a de l'Idtiraab[1] (défaillance) en lui, car il a raconté:
1. une fois : d'après Ziyad, d'après abou Jouhaïfa, d'après 'Ali (comme au-dessus);
2. une fois : d'après ibn Nou'man Sa'dan, d'après 'Ali ( transmis par Daraqoutni et Baïhaqi);
3. une fois : d'après Siyaas aboul Hakam, d'après un abou Waa'il qui a dit que Abou Houraïrah a dit:
" Il est de la Sounnah....." (transmit par abou Dawoud [758] et Daraqoutni).
La faiblesse d'Abde-r-Rahmaan ibn Ishaaq al Koufi aux yeux des Imams du Hadith
1. Abou Daawoud a dit:
" J'ai entendu Ahmad ibn Hanbal déclarer ' Abd ar-Rahmaan ibn Ishaaq al-Koufi est da'if (faible)".
[C'est pourquoi l'Imam Ahmad n'a pas accepté ce Hadith.
son fils 'Abdullaah a dit: " J'ai vu mon père lorsqu'il priait placer ses mains, l'une sur l'autre, au-dessus du nombril ".]
2. An-Nawawi a dit dans Majmou' (3/313), et aussi dans Charh Sahih Mouslim et ailleurs:
" Ils (les savants du Hadith) déclaraient ce Hadith faible, parce que c'est un récit de 'Abd ar-Rahmaan ibn Ishaaq al-Wasiti, qui est un narrateur Da'if (faible), comme il a été jugé par les Imaams de Jarh et Ta'dil (éloge et critique des rapporteurs)."
3. Zayla'i a dit dans ar-Raayah Nasb (1/314): " Baïhaqi a dit dans al-Ma'rifah:
" Son Isnaad n'est pas ferme, car c'est un récit unique de 'Abd ar-Rahmaan ibn Ishaaq al-Waasiti, qui est Matrouk ( abandonné) '."
4. Ibn Hajar a dit dans Fath al-Baari (2/186):
" C'est un Hadith faible."
[1]
Al-Moudtarib (l’instable) :
- Nom actif de « Idtirab », signifiant la défaillance d’une chose et le dépérissement de son ordre.
- Hadith rapporté sous des formes divergentes et opposés, de sorte qu’il ne soit pas possible de trouver un lien les accordant.